« Il y a toujours une place pour un peintre naturel ». Cette phrase de John Constable, peintre paysagiste britannique du XIXe siècle, décrit à merveille la place qu’occupe aujourd’hui Hilary Dymond dans la peinture contemporaine. Née en 1953 à Blackwood, au Pays de Galles, elle suit les cours de Kingston Polytechnic de Surrey, puis de la Wimbledon School of Arts de Londres, avant de venir en France achever sa formation. Diplômée de l’Ecole des Beaux-Arts de Lyon en 1990, elle reçoit la même année le prix Hélène Linossier. Installée depuis une vingtaine d’année à Lyon, elle a pour thème de prédilection (et pour seul sujet) la nature, qu’elle étudie par séries (champs, étangs, montagnes, littoral).

Champ_2Champ_3Champ_4Champ_11

C’est d’abord la plaine de l’Ain et ses champs qui retiennent son attention. Des champs qu’elle a peints par centaines dans des toiles qui révèlent la matière généreuse de la terre labourée, la fraîcheur des étendues d’herbe ou les couleurs mordorées des blés. Puis, elle s’intéresse aux jeux subtils de la lumière et de l’eau des étangs de la Dombes, au nord-ouest de Lyon. Dans des camaïeux de gris et de bleus, parfois rehaussés d’une touche de jaune d’or ou de vert limpide, l’artiste révèle la langueur doucereuse de ses miroirs naturels. A partir de 2003, elle se rend à Chamonix et découvre la vertigineuse verticalité des sommets enneigés des Alpes, qui se perdent dans l’ivresse des brouillards d’altitude. Aujourd’hui, c’est vers le littoral Atlantique qu’elle a tourné son regard. Vers l’océan et ses embruns, son écume, ses rochers, ses îlots, ses récifs escarpés, son horizon infini.

Lac_1Lac_10Lac_19Lac_20

Peintre de l’essentiel plutôt que du réel, Hilary Dymond inscrit son geste pictural dans la simplicité et l’épure caractéristique de la peinture contemporaine. Dans ses toiles, pas l’ombre d’une présence humaine : seule la nature dans sa nudité, sa majesté et son intemporalité. Grâce à une palette restreinte de couleurs mais une infinité de nuances, l’artiste restitue avec sérénité ce qui fait la puissance et la préciosité des paysages. Spectacle de la nature qui invite à la contemplation, le travail d’Hilary Dymond confine parfois à l’abstraction paysagiste, à la manière d’un Monet qui, en fin de carrière, atteignait les limites de la figuration. Une maîtrise et une originalité qui évoquent plus qu’elles ne décrivent. (Thomas Lapointe)

Montagne_3Montagne_11Montagne_12Montagne_30

« Hilary Dymond »

Jusqu’au 20 décembre 2009

Sibman Gallery

28, place des Vosges 75004 PARIS

Tél. : 01 42 76 95 10

www.hilarydymond.com / www.sibmangallery.com

C_te_6C_te_17C_te_23C_te_42